close

  • Być wiernym Ojczyźnie mej, Rzeczypospolitej Polskiej

     

  • KOMENTARZE I SPROSTOWANIA

  • 6 marca 2018

    Minister Radca p. Tomasz Majchrowski odpowiada na artykuł B. Rayskiego pt. « Zemmour et les Juifs polonais (suite) : quelques réponses à quelques lecteurs… », opublikowany na portalu Atlantico dnia 17 lutego.

    Je souhaite réagir à votre article paru sur le site Atlantico le 17 février 2018 intitulé « Zemmour et les Juifs polonais (suite) : quelques réponses à quelques lecteurs… » dans lequel vous semblez nier l’évidence des immenses pertes de la population polonaise pendant la Deuxième Guerre Mondiale.

     

    C’est avec beaucoup d’étonnement que j'ai lu, sous la plume de l'historien que vous êtes, ces mots sonnant comme une accusation : « D’autres commentateurs relèvent que 3 millions de Polonais ont été tués pendant la guerre par les Nazis sans que personne n’en parle. Trois millions ! Autant que de Juifs donc. Ce chiffre a été purement et simplement inventée pour établir un trait d’égalité avec extermination des Juifs ». Selon vous les Polonais ne seraient-ils pas les victimes de crimes de nazis? Je me permets de rappeler qu'à la suite de la guerre et de l'occupation allemande entre 1939 et 1945, plus de six millions de citoyens polonais, dont des enfants, ont péri. Des millions de Polonais ont été forcés de travailler pour les occupants, et les Allemands pillaient systématiquement ou détruisaient délibérément les biens polonais, ce dont le sort de Varsovie, détruite presque dans son intégralité, et des ces centaines de milliers de citoyens qui ont péri, est l'exemple le plus marquant.

     

    Je trouvais également bouleversant votre constat que « les Allemands ne tuaient ni les bébés ni les enfants polonais ». Il suffit de rappeler, entre autres, le sort des « enfants de Zamojszczyzna » : les enfants habitant cette région du sud-est de la Pologne, qui ont été victimes de déplacement forcé avec leurs parents, et dont une partie a fini par être placée dans les camps allemands de concentration de Łódź, Majdanek ou Auschwitz-Birkenau et tuée par les nazis, juste parce qu’ils étaient polonais.

     

    La Pologne a subi en conséquences de la Seconde Guerre mondiale des pertes humaines et matérielles énormes. Vos tentatives de les relativiser au nom d’un débat journalistique ont soulevé ma profonde indignation.

     

    Indépendamment des points de vue et des préférences politiques, il existe des sujets qui doivent être abordés uniquement avec le sentiment et la conscience de l'énorme responsabilité qu’ils portent – responsabilité plus grande encore lorsque cette dernière incombe au spécialiste, qui possède de fait une autorité morale.

     

     

     

    Tomasz Majchrowski

    Ministre-Conseiller

    Drukuj Drukuj Podziel się treścią: