close

  • Być wiernym Ojczyźnie mej, Rzeczypospolitej Polskiej

     

  • KOMENTARZE I SPROSTOWANIA

  • 14 marca 2019

    Ambasada reaguje na artykuł Fréderica Charillon pt. «Venezuela, Algérie, Pologne, Syrie... Faut-il renoncer au “regime change”?», opublikowany 12 marca 2019 r. na stronie internetowej l'Opinion

     

    C’est avec beaucoup de tristesse et d’étonnement que j’ai appris hier la publication sur le site du journal l’Opinion de la chronique signée par Monsieur Fréderic Charillon et intitulée «Venezuela, Algérie, Pologne, Syrie... Faut-il renoncer au “regime change”?». Ma consternation me force à réagir.

     

    Je suis particulièrement choquée par le parti pris de l’Opinion consistant à placer dans le texte la Pologne, au même rang que des pays, dont les gouvernements sont accusés de violations systématiques des droits de l’Homme ou même de crimes de guerre. De plus, le contenu de la chronique jouant avec l’idée d’un possible changement de régime en Pologne votre journal suggère que le gouvernement en place est dépourvu de légitimité et que la Pologne n'est pas un pays démocratique.

     

    Cet amalgame est déplorable et je tiens à vous rappeler que cette année marque le 30e anniversaire de l'effondrement du régime communiste en Pologne. Depuis lors, un système démocratique est en vigueur dans mon pays, dans lequel les autorités sont élues lors d'élections régulières, libres et transparentes, comme dans tous les autres pays de l'Union Européenne. Les dernières élections législatives et présidentielles en Pologne n’ont pas dérogé à cette règle et le processus électoral ne souffre d’aucune remise en cause de quelque nature que ce soit.

     

    Je voudrais également souligner que selon des enquêtes d’opinion récentes le gouvernement polonais bénéficie du soutien de près de 40% de la population, ce qui n’est pas nécessairement le cas de tous ses partenaires européens.

     

    Par conséquent, je ne peux que résolument protester contre les insinuations indiquant que des mesures devraient être prises contre ces autorités élues démocratiquement. Cela ne se justifie ni par une différence d’opinion quant aux préférences politiques ni par le désir de susciter l’intérêt du lecteur par le biais de déclarations choquantes et proférées à l’emporte-pièce.

     

    Je tiens à vous adresser l’assurance de ma considération distinguée.
                  

     

     

    Barbara Sośnicka

    Ministre-conseiller

    Chef de Mission adjoint

    Drukuj Drukuj Podziel się treścią: